Chantage, faux-avis et calomnie : le côté obscur de la E-réputation

Qui dit bonne réputation, dit généralement plus de visibilité, mais aussi plus de chiffre d’affaires. Améliorer sa réputation en ligne est à ce point rentable que tous les moyens peuvent sembler bons pour y arriver… Y compris en s’en prenant à la réputation des autres, à coup de fake news, faux-avis et calomnies. Comment fonctionne cette réputation négative ? Quelles sont les motivations et les méthodes de leurs auteurs ? Pour tenter de répondre à cette question, nous nous intéresserons en particulier au cas du service Premlike, récemment épinglé par Signal-Arnaques.

Les mauvaises pratiques bien connues dans la e-réputation

Parmi les mauvaises pratiques bien connues dans le domaine de la e-réputation, on connait tous la rédaction de faux-avis positifs ou encore d’achats de likes. Ces techniques « de bases » permettent à une entité d’accroitre sa notoriété et popularité sur internet, notamment sur les réseaux sociaux.

Contestables voire en partie illégales, ces techniques ont pour objectif essentiel de valoriser la e-réputation d’une entité vis à vis d’un écosystème, particulièrement de ses concurrents.

Encore plus délétère et contestable, il existe une autre approche qui vise à peu près le même objectif de mise en valeur : celle de diminuer la réputation de ses concurrents ou de ses détracteurs ! Qu’on augmente sa notoriété ou qu’on diminue celle des autres, le principal est de se retrouver dans le haut de panier :lol:.

La e-réputation négative comme arme

Si améliorer plus ou moins artificiellement sa réputation est un business avéré, il en est un autre bien moins connu mais qui peut hélas s’avérer terrible : détruire la réputation d’autrui.

Il existe en effet de nombreuses raisons de casser la réputation de quelqu’un. Cela peut être pour faire du tort à un concurrent, pour de la vengeance mais aussi pour faire du chantage.

On connait par exemple les menaces de dévoiler des vidéos compromettantes dans l’arnaque crypto-porno ou dans la sextorsion. Dans un autre genre, les pratiques de type revenge porn peuvent s’avérer particulièrement destructrices. La politique est aussi touchée par ce phénomène avec son lot de fake news destinées à salir la réputation d’une personnalité, d’un groupe politique ou même un courant d’idées.

Si les pratiques d’e-réputation négatives dans le domaine commercial sont moins connues, elles existent bel et bien ! Depuis plus d’un an, grâces aux interventions régulières d’une plateforme d’e-réputation sur Signal-Arnaques, nous avons pu récupérer un cas concret et vous le présenter aujourd’hui ! Une chance 😉

Premlike : le Dark Vador de la E-réputation ?

La plateforme en question s’appelle Premlike. Il s’agit d’un site qui permet d’acheter des likes et donc d’influencer la popularité des comptes sur les réseaux sociaux. Il propose plusieurs services dont celui d’acheter des avis sur Trustpilot pour booster sa note.

En surfant dessus quelques instants, on s’aperçoit même qu’il est relié à d’autres produits :

  • Premrank.com : Agence de nettoyage de e-réputation
  • Premboost.com : Agence qui vous apporte du trafic sur votre site.

Ces sites sont gérés par une société nommée MYWEBTECH SAS localisée en Haute-Savoie et qui semble donc avoir fait de la E-réputation sa spécialité. Son dirigeant, Idriss Mousslie est d’ailleurs intervenu dans l’émission TPMP en exposant ses compétences dans le domaine :

Une qualité de prestation discutable

Entre avril 2020 et avril 2021, plusieurs signalements ont été déposés sur Signal Arnaques concernant ce site. A chaque fois, Premlike a demandé leurs suppression en expliquant que ces derniers provenaient de concurrents mal intentionnés.

Laissant dans un premier temps le bénéfice du doute, nous avons supprimé les signalements en question. Toutefois, lors d’un signalement en avril 2021, un contributeur nous a communiqué des éléments de preuve. Nous savons ainsi de manière certaine alors qu’il ne s’agit pas de l’intervention d’un concurrent mais d’un client réel ayant le sentiment de s’être fait abuser.

Voici le signalement d’origine :

J’ai acheté un pack et à ma grande surprise, les abonnés ne sont pas vrais ou proviennent de pays différents , donc aucun intérêt pour ma page. J’ai perdu de l’argent. J’ai demandé à premlike un remboursement. Si il n’y a rien je déposerai plainte pour « publicité mensongère ».

La cliente en question nous fournit alors quelques détails sur ce qui s’est passée pour elle :

À cause de ces fans du Bangladesh j ai du depublier ma page. Ce n est pas ma cible !!! Il y en a eu 284 et j ai tout bloqué à temps. Pourtant j ai envoyé un message à ma commande pour dire que je ne souhaitais pas de gens en dehors de la France. Il fallait annuler ma commande dans ce cas !

Premlike indique alors pour se défendre qu’il ne garantit pas la provenance de ses likes dans ses conditions générales de vente. Pourtant quand on regarde son argumentaire de vente, rien ne semble s’être passé comme promis :

Malheureusement, les problèmes posés par Premlike ne s’arrêtent pas à ces pratiques commerciales qu’on pourrait aisément qualifier de trompeuses.

Le passage du côté obscur : faux-avis et calomnies

Dès nos premiers échanges avec Premlike en 2020, nous avons constaté des choses étranges :

  • De multiples faux avis positifs sur Premlike apparaissent sur Signal Arnaques.
  • Un déluge de faux avis négatifs s’abat sur la page Trustpilot de Signal Arnaques
  • Une pétition diffamant Signal Arnaques voit le jour sur change.org

Les éléments techniques à notre disposition et les différents messages de Premlike ne laissent alors guère de doute : Premlike est bien bel et bien à l’origine de ces multiples faux avis.

Ce que nous découvrons par la suite, c’est que Premlike n’utilise pas seulement les faux avis négatifs contre Signal Arnaques, c’est une pratique dont ils se servent aussi contre les concurrents… et même contre leurs clients mécontents !

Là encore, le dénigrement est loin d’être subtil.

Dénigrement de concurrents

Jedevienspopulaire.fr est un des concurrents de Premlike… et visiblement ce dernier semble s’acharner dessus sans même se cacher :

Dénigrement de Premlike envers son concurrent Jedevienspopulaire (Source : https://www.premlike.com/blog/32-pourquoi-acheter-likes-followers-vues)

Premlike semble dénigrer ouvertement son concurrent sur son propre site. En découvrant cela, nous avons cru à un rêve, pourtant nous étions loin du compte :

Cette page utilisant le nom de domaine jedevienspopulaire.net dénigre le site jedevienspopulaire.fr et affiche des liens vers Premlike.

Un site appelé jedevienspopulaire.net a été créé spécialement pour dénigrer jedevienspopulaire.fr… Il propose une alternative vers le site Premlike. Juste incroyable.

Dénigrement de ses propres clients

Vous vous souvenez de la cliente de Premlike évoquée un peu plus haut ?

Voici ce qu’elle a subi après les altercations qu’elle a eu avec lui : une pluie de faux-avis sur sa page TrustPilot (entre autres).

Elle ne se démonte pas et réagit en partageant publiquement des échanges de mails :

Echange de mails entre Premlike et sa cliente (Cliquez sur l’image pour visualiser l’ensemble de la conversation)

En gros, au menu : Chantage, vengeance et une proposition commerciale « Une fois votre signalement supprimé, est-vous interessé par 5 avis LOCAL GUIDES ».

Menaces, chantages et autres amabilités

A travers les différents témoignages que nous avons collectés et de l’expérience que nous avons vécue, il semble que Premlike ait une méthode bien particulière pour faire supprimer les contenus qui nuisent à sa réputation.

Phase 1 : indignation et menaces

On commence avec des choses classiques : Premlike écrit dans un premier temps pour demander la suppression des contenus. Les responsables s’indignent alors que de tels propos puissent être tenus à leur sujet. Pour eux, seuls des concurrents peuvent être à l’origine d’une telle manœuvre. Rapidement, Premlike évoque les tracas qui pourraient s’abattre sur nous si nous refusions d’obtempérer.

Extrait (Premlike s’adressant à Signal-Arnaques) :

Si vous souhaitez une newsletter dédiée pour parler de vos pratiques et laisser les internautes (nos clients) juger eux même de notre cas, faites le nous savoir, votre notation TrustPilot devrait radicalement baisser, plus de 100 000 clients sa fait beaucoup.

Phase 2 : la calomnie

Si nous n’allons pas dans le sens de Premlike, nous subissons alors le terrible pouvoir du côté obscur de la e-réputation : des faux avis apparaissent un peu partout en ligne pour nous nuire. A aucun moment Premlike n’avoue être à l’origine de ces messages, mais la conjonction des événements ne laisse guère de doute.

Voici quelques extraits de ce que ça donne dans le cas de Signal Arnaques :

Pétition sur Change.org contre Signal-Arnaques (cliquez pour lire la pétition en entier)

En parallèle de cette pétition, des dizaines d’avis négatifs ont été postés sur la page TrustPilot de Signal-Arnaques. Tous provenant de comptes spécialement créés pour l’occasion. La plupart de ces avis ont par la suite été automatiquement éliminés par Trustpilot qui a détecté les faux comptes.

Avis diffamants et dénigrants déposés sur TrustPilot

Phase 3 : le chantage

Quelques jours après les débuts des faux avis en masse, les gens de Premlike reviennent avec une proposition : si nous supprimons les contenus qui leur déplaisent, ils feront en sorte que les faux avis qui nous concernent disparaissent, tout en expliquant qu’ils n’ont aucun lien avec !

Bref, Premlike a trouvé un nouvel usage à cette pratique détestable qu’est l’e-réputation négative : faire chanter des gens pour nettoyer sa propre réputation.

Laissons néanmoins le dernier mot à la plate-forme Trustpilot qui résume parfaitement ce qu’on peut penser de Premlike :

Nous n’aurions pas dit mieux…

TrustPilot se refuse donc d’afficher des avis sur Premlike du fait de ses multiples manipulations. Pour autant, que retrouve-t-on en partie basse du site de Premlike ? La réponse en image. Nous nous passerons de commentaires.

Logo de TrustPilot affiché par le site Premlike (alors que Trustpilot n’affiche pas de note en réalité)

Pour conclure

Au regard des faits évoqués dans cet article, il est indéniable que l’é-réputation négative est devenue une arme de destruction sur internet. L’exemple des pratiques de Premlike mis en avant dans cet article en montre clairement les dérives possibles. Nous devons toutefois rester prudent dans les conclusions qu’il est possible d’en tirer car rien ne permet d’affirmer avec certitude que la majorité des acteurs du secteur utilise de telles manœuvres. Espérons le contraire en tous cas…

Vous souhaitez partager une expérience de dénigrement ou de diffamation sur internet ? Faites-nous en part dans les commentaires !

Peut-être même que Premlike viendra y ajouter sa touche personnelle 😉 . Sait-on jamais.

17 réponses

  1. Georges Tomazi dit :

    Absolument édifiant, et des méthodes dignes d’un vrai système mafieux…

  2. pautel dit :

    je connais bien premlike… merci pour cet excellent article

  3. Srege dit :

    C’est un sujet à lire au moins un fois ! Idris Mousslie, le « PDG » chez MYWEBTECH (entreprise FR avec un unique employé) et propriétaire du site Premlike, pense que passer dans l’émission TPMP lui offrirait un passe-droit pour harceler, dénigrer ou diffamer toute personne qui n’irait dans son sens sur la toile. Et vous me connaissez, quand il s’agit de m’attaquer aux ramassis de fond de poubelle, je suis plutôt performant. Ici, je n’ai eu qu’à déposer un seul avis négatif pour qu’il s’en prenne à moi directement et y canalise toute sa haine. Il a passé ses nuits à me chasser sur la toile, jusqu’à commenter par erreur les posts d’un certain « srege », le pauvre russe avait sélectionné le même pseudo que j’avais ce coup-ci utilisé. Je voulais et souhaitais surtout détourner son attention, pour qu’il cesse de s’en prendre à une copine, sans du tout savoir que pendant ce temps là Signal-Arnaques préparait la rédaction de cet article. Mes actions n’ont strictement rien apportées de plus que l’on connaissait déjà sur le profil d’Idris Mousslie, et je n’ai pas contribué à la rédaction.

  4. Mali dit :

    Très très bon article, enfin une entité solide qui porte la vérité auprès de tous et montre le vrai visage de cette personne, idriss Mousslie.

    Monsieur Boisseau, son acharnement et sa méchanceté est tellement profond qu’il usera de tous moyens pour que vous retiriez cet article, même le piratage informatique… S’il vous plaît, dans l’intérêt des consommateurs, tenez bon !

  5. Juriste Paris dit :

    En matière d’injures, de dénigrement de services, de diffamation, l’article tout comme la section commentaire attestent d’eux même de faits d’illégalités improbables pour ne pas dire incroyables :

    https://archive.ph/lFsKz

    Vous faites des suppositions en attaquant sur la place publique un individu, une entité et ses sites ce qui additionne les « hors la loi ». Des suppositions sans preuve (pétition, faux avis, calomnie). Vous mettez en ligne des informations personnelles et vous dévoilez des e-mails qui sont censés ne pas l’être, en plus on ne sait même pas s’ils sont authentiques, bref, vous accusez quelqu’un de faire ce que vous êtes exactement entrain de faire :

    Pour les e-mails mis en ligne au grand public :

    1°- Article 226-15 du code pénal modifié par la loi N°2013-1168 du 18 décembre 2013 dispose:

    Le fait, commis de mauvaise foi, d’ouvrir, de supprimer, de retarder ou de détourner des correspondances arrivées ou non à destination et adressées à des tiers, ou d’en prendre frauduleusement connaissance, est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

    Pour la diffamation :

    L’infraction n’est constituée que si la personne visée peut être identifiée. L’Article 29 de la loi du 29 juillet 1881 précise que la personne ne pas être expressément nommée mais être identifiable. C’est à la personne qui se sent visée d’apporter la preuve qu’elle est identifiable. Il n’est pas nécessaire que la victime soit identifiable par un grand nombre de personnes.

    L’infraction est constituée dès lors qu’un cercle restreint identifie la personne visée. La diffamation publique est punissable de 1 an de prison et de 45 000 € d’amende.

    Pour le dénigrement de services :

    Le dénigrement de produits ou de services est un acte régulièrement condamné sur la base de l’article 1240 du Code civil sur la responsabilité civile.

    Après, vous gérez votre site comme vous voulez les mecs 😉

  6. Samy dit :

    Juriste Paris : faites ce que je dis pas ce que je fais…

    Ou comment se tirer une balle dans le pied. Vos méfaits méritent d’être connus par tous. A croire qu’il y a un enfant derrière cette société !

  7. Cabinet commentateur dit :

    A s’en référer aux archives, à votre dénigrement, calomnie et diffamation illégale (en faite tout ce que vous faites dans votre article, le commentaire de Srege semble bien moins poignant de ce qu’il en fut lors de sa constations par le cabinet juridique de PrimiLike, c’est dommage, ce fut un peu trop tard pour l’édition, il fallait s’y prendre plus tôt, il n’y a qu’à voir l’archive ci-dessus (apparemment la lettre de mise en demeure arrive incessamment sous peu) : https://ibb.co/tKnMrrS

    Concernant la vidéo du PDG, elle a été supprimé de la chaîne Signal 4rnaques pour non respect des Copyright, mais a été remise depuis dans le même article, une blague, un élément de plus à votre infâme calomnie, vous ne respectez pas les règles et faites rien que ce que vous voulez coûte que coûte ? Une plainte CANAL+ pour non respect de Copyright devrait vous plaire cette fois-ci, ce ne sera pas la même envergure : https://www.youtube.com/watch?v=dfZMmvWeNeQ

    Il en est de même pour la vidéo qui plaisait tant à Mr Legros dans l’article sur l’4CHAT de likes, elle semble malheureusement enfreindre les règles Google & Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=9kKG9TcxuDM

    Mais ce n’est pas finis… Quelle mégarde : Votre article semble aussi déplaire à Bing, décidément, vous vous causez beaucoup de tors et utilisez des méthodes fourbes que même les moteurs de recherche n’apprécient pas… : https://ibb.co/F6CV57r – Leur plainte semble porter ses fruits et même les multi-nationales n’adhère pas à vos méthodes.

    A quand le rendez-vous au tribunal ? On espère bientôt ! A en croire le net, c’est l’éditeur de l’article qui doit être juridiquement attaqué à titre personnel pour ce type de litige 🤣 Espérons qu’il soit grand.

    • Je serais ravi de défendre mon point de vue au tribunal en tant qu’auteur de cet article. Le fait que vous utilisiez toutes sortes d’artifices pour faire disparaître les éléments qui vous concernent ne change rien sur le fond de cet article. On sait que les systèmes très automatisés de Google et/ou Bing ne sont pas très bons pour trancher les problèmes de droit de la presse tels que le droit de citation ou le droit à l’information. Le passage au tribunal sera justement l’occasion de traiter cela plus correctement.

    • Srege dit :

      Bonjour,
      Tout à fait d’accord avec vous Mr Idris Mousslie !
      À quand l’obtention d’une date pour le rendez-vous au tribunal ?
      Avec pour preuves présentables mes commentaires modérés, mais constatés légalement par le cabinet juridique de PrimiLike, par Juriste Paris ou par Cabinet commentateur. Il me tarde vraiment d’être convoqué pour prendre connaissance de mes propos sur la toile ! Je suis même prêt à prendre des RTT pour assister au spectacle.
      Veuillez donc avoir l’obligeance de me réserver quelques places au premier rang, si je peux venir avec ma famille et mes amis, ce sera encore mieux.
      À très bientôt,
      Srege

  8. Jérôme dit :

    Les avis de premlike sont tous faux ! effarants leurs procédés

  9. mansar dit :

    Je suis la personne cliente victime de premlike que vous mentionnez dans l’article. Juste pour vous donner des nouvelles et vous dire que je suis toujours en attente au niveau de ma plainte auprès de la justice et de la dgcrf car je n’ai jamais été remboursée et j’ai subi un acharnement de faux avis sur la toile de la part de premlike (pendant 1 mois quotidiennement en avril 2021 ) pour se venger suite à mon signalement sur signal-arnaques. N’achetez pas d’abonnés , chez premlike ou ailleurs, c’est un conseil. Ma colère est intacte et je n’oublie pas et jusqu’à présent je n’ai rien fait pour lui rendre l’appareil. Il doit payer pour ce qu’il m’a fait et il paiera d’une façon où d’une autre dans 1 mois, 1 an ou 10 ans il paiera. J’ai des origines sicilienne et dans mon éducation on ne se moque pas de mon honneur.

  10. Bruno Soules dit :

    Bonjour, la société premlike ne fait qu’arnaquer les gens.. une de mes amies a achetée 500 Followers sur twitter et elle n’a rien reçue (Captures d’écrans, chaque demi journée attestant que le développement de son twitter a été aussi régulier que depuis 3 ans , sans les 500 followers achetés). Cette amie a envoyée 3 mails ainsi que 2 demandes sur la fiche contact de premlike sans réponses à ce jours… Pour les joindre au téléphone au doit payer 3 euros par appels et vue l’ampleur des escroqueries, ils doivent se faire beaucoup d’argent en appels reçus…. Les preuves sont à votre disposition.

    • Mansar dit :

      Bruno je vous conseille de faire comme moi, dites à votre amie de déposer plainte. Il ne faut pas se laisser intimider par premlike. Ne lâchez rien même si cela prend du temps.

  11. Mansar dit :

    Juste pour vous dire que premlike continue de se venger suite à sa convocation à la dgcrf . Il est en train de faire du négative Seo sur mon site en m’envoyant des backlinks de merde pour que Google pénalise mon site. Il veut jouer à ça et bien on va jouer. De toute façon je n ai même pas besoin de faire quoique ce soit puisque bientôt tout va s ecrouler autour de lui grâce à ma stratégie. Il se croit plus malin mais il ne me connaît pas.

  12. Martin dit :

    Au passage le site Prem Rank a publié un article hallucinant sur Signal Arnaques et Scam Doc, considérant que ce sont des sites illégaux, dangereux, nuisant (évidemment) à la réputation des nyantis commerçants à la main sur le coeur et considère d’ailleurs que vous êtes des millionaires aigris, faisant une sorte de mafias anti-marketing.
    Je vous mets le lien, ça vaut son pesant d’or : https://www.premrank.com/signal-arnaques-scamdoc/

    Admirez d’ailleurs leur conclusion :
    « Au regard des faits évoqués dans cet article, il est indéniable qu’en 2021, l’escroquerie est toujours présente et que le business de l’anti escroquerie n’est pas toujours si propre et fiable qu’il n’y parait. Avant de signaler un site que vous jugez suspect, demandez vous si cela en vaut vraiment la peine et tentez de vous arranger à l’amiable avec le site marchand au préalable car vous risquez à votre tour de vous retrouver au tribunal pour diffamation au même titre que les hébergeurs de Signal Arnaques et ScamDoc l’ont été. Au lieu de se faire justice sois même, il est bien plus fructifiant de déposer plainte et de s’adresser à un tribunal compétent en la matière. N’oublions pas que ces plateformes sont là pour générer un intérêt unique : des fonds, que tout cela appartient à une société privée et qu’en aucun cas elle pourra vous aider à vous faire rembourser. Nous sommes dans un pays de droit ou la législation prend le dessus sur la délation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez