Filtres anti-arnaque : en attendant celui du gouvernement, des solutions existent !

Lors de sa campagne de 2022, le président Macron en a fait un argument de campagne : la création d’un filtre anti-arnaque. A cette époque, peu d’informations filtraient sur sa mise en oeuvre et son fonctionnement. Depuis peu, nous en savons un peu plus, notamment par l’arrivée de précisions émanant du ministre délégué à la transition numérique : Jean-Noël Barrot évoque donc un outil qui aura pour ambition de protéger les internautes des arnaques pendant leurs sessions sur internet. Tout cela en temps réel et par le biais d’avertissements 📢 ! Date de sortie en version de test… Mi 2023.

Eh bien, j’ai une excellente nouvelle à vous annoncer : en attendant qu’il pointe le bout de son nez, de nombreux outils du genre existent déjà et font très bien le job. Cet article a donc pour objectif de vous présenter les meilleurs d’entre eux.

Suivez le guide 😉

Un filtre « anti-arnaque » ? Pourquoi faire et comment ça marche ?

L’idée d’un filtre anti-arnaque n’est pas nouvelle et remonte déjà à plus d’une dizaine d’années ! Bien avant que le gouvernement s’intéresse donc au sujet…

Elle se matérialise dans la majorité des cas par un système intégré dans votre navigateur internet (extension) ou dans votre smartphone (application). Un fois installé, le « filtre » vous suit au gré de votre navigation et vous avertit dès que vous tombez sur un « site à risques ». C’est une forme de protection en temps réel.

Affichage d’une alerte lors de la visite d’un site potentiellement risqué (via l’extension Scamdoc.com)

Pour cela, rien de très compliqué techniquement : il « suffit » que le système compare l’adresse internet (URL) que vous êtes en train de visiter avec les adresses « dangereuses » référencées dans sa base de données. Si ça matche, il lui suffit alors de vous afficher un message un peu comme au-dessus.

La vraie difficulté sera donc le maintien à jour d’une base de données de sites « dangereux », et là, ça se complique un peu… 😅

Les différents filtres « anti-arnaque » du marché

Intéressons-nous désormais aux solutions clefs en main qui existent. N’hésitez pas à les tester voire à les cumuler si la protection contre les arnaques est pour vous une vraie préoccupation.

Dans notre comparatif, nous allons nous intéresser à 3 outils répandus sur le marché français : MyWOT (Web of Trust), Scamdoc et ScamAdviser. Malgré, un fonctionnement apparemment proche, leur fonctionnement diffère essentiellement sur leurs sources de données. Comme nous allons le voir, certains s’appuient essentiellement sur une approche communautaire (avis en ligne) alors que d’autres s’appuient sur une vision algorithmique.


MyWOT, la vision « communautaire »

Comme indiqué plus haut, l’idée d’un filtre « anti-arnaque » ne remonte pas à hier.

MyWot a été le précurseur dans la lutte contre les arnaques en temps réel. Créé par une société Finlandaise en 2007, MyWot est une extension Web qui est utilisée par une communauté de plusieurs millions d’internautes 😲. Les utilisateurs peuvent évaluer les sites Web en les classant comme étant « fiables » ou « douteux », en fonction de leur expérience personnelle. Les évaluations sont ensuite combinées pour créer une note globale qui est affichée automatiquement aux utilisateurs pendant leur surf sur internet.

Les utilisateurs peuvent également ajouter des commentaires pour fournir des précisions sur pourquoi ils ont donné une certaine évaluation à un site.

MyWot est donc un filtre « anti-arnaque » qui utilise sa communauté d’utilisateur comme source de données. L’avantage de cette approche est qu’elle permet d’exposer un filtre très qualitatif lorsque le nombre d’expériences est élevé. A contrario, cela est moins pertinent quand les sites internet sont récents ou peu connus.

Ce dernier point est clairement sa faiblesse… Nouveau site => Pas de score 😥. C’est bien dommage quand on sait que la majorité des sites internet frauduleux n’ont une espérance de vie que de quelques jours.

Points positifs

  • Application disponible pour Smartphones
  • Les informations s’affichent directement dans l’extension
  • Disponible sur tous les navigateurs

Points négatifs

  • Absence de score sur les sites récents
  • Les alertes de sites à risques sont peu visibles

Scamdoc, le mixte IA / Communauté

Si vous êtes un lecteur habitué sur Signal-Arnaques, vous connaissez probablement Scamdoc.com. Il s’agit d’un site internet qui a été développé par la même équipe pour estimer la fiabilité d’un site internet ou d’une adresse mail.

Eh bien, sachez qu’il possède son propre filtre « anti arnaque » !

Il s’agit d’une extension de navigateur (Chrome ou Firefox) qui analyse en temps réel les sites sur lesquels vous naviguez.

Contrairement à la solution proposée par MyWot, Scamdoc n’a pas besoin d’une forte communauté pour fonctionner. Le score s’appuie essentiellement sur un algorithme qui analyse les caractéristiques d’un site internet quelconque (âge, popularité, indices de sécurité…). Malgré tout, et c’est une de ses caractéristiques, l’influence de l’expérience des internautes est prise en compte dans le scoring, notamment grâce à ses étroits liens avec les données présentes sur le site Signal-Arnaques.

Les points positifs

  • Bonne détection des sites à risques, récents ou anciens
  • Alerte visuelle en cas de risque élevé
  • L’extension ne recueille pas de données personnelles sur l’utilisateur

Les points négatifs

  • Extension disponible pour Chrome et Firefox uniquement
  • Pas d’application mobile
  • Peu de détails concernant le scoring au niveau de l’extension

Scamadviser : une approche essentiellement algorithmique

Le fonctionnement de l’extension de ScamAdviser est relativement proche de celle de Scamdoc mais complètement opposée à celle de MyWOT. Le scoring des sites est ici essentiellement réalisé par des algorithmes ! Il fournit des évaluations de confiance grâce une analyse approfondie des informations techniques, telles que l’emplacement géographique du propriétaire du domaine, sa durée de vie, ou par l’utilisation de données Tiers (Trend Micro par exemple).

Un des avantages considérables de ScamAdviser est son expérience. En effet, vu qu’il existe depuis plus de 10 ans, il a probablement eu le temps de peaufiner ses algorithmes pour lutter contre les arnaques.

Les points positifs

  • Une IA qui s’appuie sur de nombreuses datas
  • Système de vérification de liens HTML par clic droit
  • Un challenger du secteur depuis près de 10 ans

Les points négatifs

  • La pertinence de certaines notes est discutable (exemple : Rapport MyWOT)
  • Pas d’application mobile
  • Liens étroits avec une fédération de commerçants. Indépendance pouvant être remise en question.

Si tout se passe comme prévu, le gouvernement devrait sortir la première version de son filtre anti-arnaque courant 2023. Nous en profiterons évidemment pour le tester et vous donner notre point de vue sur cet outil que nous attendons impatiemment.

Pour patienter, n’hésitez pas à tester ceux que je vous ai proposés voire à en exposer d’autres par le biais des commentaires.

Qui sait ? J’ai peut-être oublié une pépite dans un coin. 😋

16 réponses

  1. Alberto dit :

    Les signal anti-arnaque devrait s’attaquer aux déclarations du gouvernement. Il y a de quoi faire.

  2. RENE DELAHAYE dit :

    Bonjour,
    Ce site fonctionne-t-il su EDGE ?
    Cordialement

  3. bellaiche dit :

    Combien coutent ces applications????

    • Anthony Legros dit :

      Elles sont gratuites. Certaines affichent des offres premium mais pour les fonctionnalités de base, il n’est pas nécessaire d’y souscrire.

  4. Guichard francis dit :

    j’ai installé l’extension de mon navigateur « France vérif » et ça fonctionne très bien ! Comme je ne crois en rien de ce gouvernement , pour l’instant , ça me va …

  5. Gougnard dit :

    en esperant que l’initiative du gouvernement soit fiable et assez pointue

    • Anthony Legros dit :

      Nous avons eu l’occasion d’échanger avec un des responsables du projet, il y a du lourd visiblement derrière : il savait de quoi il parlait !

  6. Derouet dit :

    Bonjour
    Que pensez vous de l adresse abuse@orange.com
    Je leur fais suivre les mails frauduleux dès réception

  7. Terraterre dit :

    Bonjour, j’ai installé le module Signal arnaque sur mon ordi pour les spams frauduleux depuis quelques semaines mais j’ai l’impression que plus j’en signale plus j’en reçois….

    • Il n’y a pas de « module Signal Arnaques ». Si vous parlez de l’extension Scamdoc, elle n’est pas faite pour les spams, elle est faite pour détecter les sites dangereux.
      Mais peut-être parlez-vous de Signal-Spam et non de Signal Arnaques ?

  8. Blanc du Collet Isabelle dit :

    C’est très bien car cela évitera que les données bancaires se baladent sur le Dark web mais ce n’est pas suffisant car les sites fiables se font eux mêmes pirater et nos données se retrouvent sur le DW.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez