Pourquoi ne pas se mettre au Bitcoin en 2018

Bitcoin, nouvelle tulipomanie ?
Bitcoin, nouvelle tulipomanie ?

Vous vous demandez peut-être si le temps n’est pas venu pour vous de vous mettre au Bitcoin. Sa croissance est à ce point extraordinaire que je ne peux que vous comprendre. Il y a cependant plus de bonnes raisons de vous en écarter que de tenter de vous joindre à une fête qui risque de mal tourner pour beaucoup de gens. Ces raisons, je vais vous les donner.

Une petite précision cependant avant de commencer : même si je vais paraître sévère envers Bitcoin, je n’en suis pas moins admiratif de son succès et des idées brillantes mises en oeuvre dans cette monnaie. Cette admiration ne doit malgré tout pas nous masquer la réalité de ce qu’est devenu le Bitcoin aujourd’hui : le prototype d’une technologie encore inaboutie utilisée en grande partie pour des opérations illégales ou spéculatives.

Pourquoi vous risquez de perdre vos bitcoins

Investir dans des bitcoins, c’est bien… si vous arrivez à les conserver pour en faire quelque chose ! Or, l’univers de bitcoin est une sorte de far-west où les braqueurs virtuels ont une puissance démesurée. Ces vols bien réels de crypto-monnaie se passent principalement à deux niveaux : le vol de votre clé privée nécessaire à toute transaction d’une part et les attaques sur les opérateurs de bitcoins par ailleurs.

Le vol de clé privée est désormais un sport parfaitement maîtrisé : que ce soit en devinant des clés privées, en propageant des malwares qui iront les récupérer, en interceptant vos données de connexion à un porte-feuille de bitcoins en ligne, ou encore via de bonnes vieilles techniques de phishing. Conserver ses bitcoins de manière sécurisée n’a donc rien d’évident… et contrairement aux monnaies classiques, aucune loi n’oblige une quelconque banque à vous rembourser en cas de vol numérique.

Parlons-en justement de ces grandes plate-formes de gestion de bitcoins. Plusieurs d’entre elles ont subi des attaques suffisamment féroces pour les faire tomber. La plus emblématique est sans doute la plate-forme Mt.Gox attaquée puis liquidée alors qu’elle était leader en 2014. Mais chaque mois qui passe est l’occasion de nouvelles révélations de vol du genre : le dernier en date sur le logiciel NiceHash pèserait près de 60 millions de dollars mais est quasiment passé inaperçu du fait de la folie spéculative actuelle.

Pourquoi le futur de Bitcoin est compromis

A l’heure où j’écris ces lignes, le Bitcoin présente de nombreux problèmes en tant que monnaie :

  • il est profondément instable : il est donc difficile de définir le prix de quelque chose dans cette monnaie
  • les transactions pour de petits montants y sont désormais assez coûteuses
  • malgré sa croissance, le bitcoin n’est encore accepté que par un nombre de commerçants limité
  • les Etats se mettent à le surveiller de plus en plus près, voire à l’interdire pour différentes raisons
  • la conception de bitcoin en fait une monnaie déflationniste qui encourage plus les gens à garder leurs bitcoins plus qu’à les dépenser. Elle en fait aussi une monnaie très inégalitaire, où l’essentiel de la richesse est concentré entre les mains de quelques utilisateurs précoces.
  • le relatif anonymat qu’il permet en fait une monnaie très utilisée dans différentes activités illicites : drogue (le fameux Silk Road jusqu’en 2014), malwares (et en particulier la série des cryptolockers), transferts de fonds illégaux (par exemple lors des blocages des flux monétaires à Chypre)
  • elle manque à ce jour de tiers de confiance pour avoir un recours en cas de perte ou de vol
  • elle coûte (très) cher en électricité du fait même de sa conception basée sur une « preuve de travail »

Ces problèmes d’utilisation en tant que monnaie se remarquent d’ailleurs aisément si l’on regarde l’évolution du nombre de transactions en bitcoins : celui-ci progresse peu alors même que sa valeur explose. En comparaison, l’Ether, crypto-monnaie moins médiatisée, fait l’objet de transactions bien plus nombreuses et opérées de manière nettement plus efficace.

Si Bitcoin sert aussi peu en tant que monnaie, c’est donc qu’il est avant tout utilisé en tant que produit spéculatif. Or, comme à l’époque de la tulipomanie, il est difficile de savoir jusqu’à quand la croyance dans ce produit spéculatif tiendra.

Pourquoi ne pas se mettre au Bitcoin en 2018
4.5 (89.41%) 17 votes

7 réponses

  1. Fel dit :

    Pourquoi les banques depuis le 18 décembre 2017 le propose t’elle à leur clients comme placement? Si elles ne si intéressaient pas elle même!

  2. Olivier dit :

    Bonjour
    A plus ou moins long terme le danger n’est il pas que des banques incorporent le bitcoin dans des placements …. foireux ?

  3. serriere dit :

    Même le nom « bitcoin » ne paraît pas sérieux. C’est une évidence. Ça fait monnaie virtuelle, utopique et imaginaire..Alors!!!

    • Arby dit :

      Vraiment ? Vous devez avoir 0 en niveau d’anglais pour vous permettre un tel commentaire (de plus le nom n’a rien à voir avec l’éventuelle valeur d’un produit…).

      Après je suis d’accord sur le fond, le Bitcoin est très largement sur-évalué à cause de la spéculation, mais je ne pense pas que sa valeur intrinsèque soit véritablement nul, le procédé étant novateur, il va peut être permettre de développer des systèmes performants à terme (bien que pour ma part et à titre personnel, je pense plutôt que dans le futur la technologie Tangle (ou une autre ?) remplacera les cryptos-monnaies qui nécessitent du « minage »).

  1. 26 février 2018

    […] Vous envoyez donc l’argent qui vous est demandé. On vous demandera en général de payer en coupons PCS (ou Transcash, Ucash et tous les autres du même genre). Moyen qui, on en a déjà parlé, a le mérite pour l’escroc d’être quasiment intraçable. A l’occasion, certains pourront proposer des méthodes alternatives comme Skrill, Western Union ou le bitcoin. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *