Shopify : Le paradis des sites frauduleux ?

Des objets de marque à des prix incroyablement bas sur une boutique en ligne ? Des offres promotionnelles à durée très réduite ? Vous avez probablement affaire à une arnaque ! Les codes et les techniques sont toujours les mêmes. En effet, les escrocs usurpent régulièrement l’aspect des sites marchands officiels pour abuser les consommateurs, notamment en utilisant des plateformes de boutiques en ligne comme Shopify. Leur objectif : crédibiliser leurs propositions frauduleuses. Comment ces vrais sites nous accrochent-ils par des fausses propositions ? Comment les détecter ? Petit tour d’horizon de ce qui doit être vérifié avant de donner vos coordonnées bancaires… Suivez le guide 😉

L’art du camouflage en 4 étapes

Sur Internet, les boutiques en ligne qui proposent de bénéficier de rabais très importants (et donc plutôt peu crédibles) sur des articles de grandes marques pullulent. En voici un parfait exemple :

Faux site italien qui usurpe l’image d’Adidas

Les ingrédients sont toujours les mêmes : une plateforme à bas coût (genre Shopify), une image de marque pour s’offrir une notoriété facilement, une liste de produits classique qui intéressent la majorité d’entre nous et surtout une offre promotionnelle dont la durée est limitée.

Une plateforme clé en main pour se lancer dans les arnaques

Beaucoup de sites e-commerce profitent des propositions de plateformes d’hébergement internet « clés en main » : en effet pour quelques dizaines d’euros (voire gratuitement sur une faible durée), il est possible de créer une boutique en ligne dotée d’un nom de domaine « crédible » et même de la promouvoir mondialement. Aucune connaissance en programmation n’est requise, c’est à la portée de tous ! Une liste ? Aucun problème : Shopify, Wix, Oxatis, Prestashop

Un logo pour mettre en confiance

Lorsqu’ils créent leur boutique en ligne, les arnaqueurs n’hésitent à apposer un logo de marque célèbre. Cela crédibilise grandement leur business frauduleux…

Apple, Samsung, Adidas, Nike, Timberland, North Face, Ray-Ban, Ralph Lauren, Fender ou Yamaha ? Des offres toujours trop belles pour être honnêtes, mais aucune grande marque n’y échappe. D’autant que le phénomène n’est pas nouveau : nous avions d’ailleurs fait un top 10 des marques les plus usurpées et contrefaites il y a 3 ans.

Des produits à « succès »

Les sites marchands frauduleux sont spécialisés dans quelques produits « phare » : les chaussures (la grosses majorité), les vêtements de mode, les bijoux et les produits high-tech… Rares sont les arnaqueurs qui sortent des sentiers battus en tentant de rejoindre d’autres gammes. 

Des offres à durée limitée

« Dernière vente! 90 % off seulement aujourd’hui ! Achetez maintenant ! » , ou encore des chaussures à 20 € alors qu’elles coûtent normalement 130 € ? Des smartphones extrêmement récents vendus 10 fois moins cher ? Des livraisons « gratuites dans le monde entier » ?

Quels sont les risques à commander sur ces sites ?

Voici les conséquences typiques que ces sites vont vous faire subir :

  • votre produit commandé n’arrivera pas et le Service d’Assistance ne répondra à aucun de vos mails ou de vos appels téléphoniques (n’acceptez aucun marchandage du type « on a eu un souci de livraison/fabrication, nous pouvons vous rembourser 40% de vos achats », il s’agit juste d’une manœuvre pour retarder le signalement de l’arnaque)
  • vous pourriez recevoir une contrefaçon grossière ou un produit presque « hallucinant » par rapport à ce que vous aviez commandé (par exemple de fausses paires de lunettes de soleil à la place du « smartphone rêvé »)
  • vous pouvez vous faire pirater vos coordonnées bancaires, qui sont entre les mains d’escrocs (dans ce cas-là, pressez vous de vous protéger en réagissant auprès de votre banque ou des autorités).

Les bons réflexes à adopter pour éviter ces arnaques

Le point commun de tous ces sites est que nous ne les connaissions pas avant de tomber sur une publicité Facebook, Instagram ou autre : en effet, rappelons-le, les publicités sont les premiers vecteurs des arnaques de ce type ! Ne vous y trompez pas, les arnaqueurs n’hésitent pas à payer des régies publicitaires pour diffuser leurs arnaques pourries…

L’attractivité de telles offres doit pourtant déclencher un premier réflexe essentiel : pouvons-nous fournir nos coordonnées bancaires pour obtenir l’objet ou le service proposé sous nos yeux ?

C’est le B-A-BA d’une bonne transaction : il faut commencer par l’identification de votre interlocuteur.

Il faut donc trouver les mentions légales du site, et vérifier qu’elles fournissent les informations légales obligatoires notamment en identifiant très clairement le propriétaire du site.

Elles sont habituellement accessibles par un lien en bas de page et un simple clic vous permet d’accéder à ces éléments essentiels :

  • Coordonnées de la personne ou société qui édite le site internet
  • Adresse postale (pas une boite, une vraie adresse)
  • Numéro d’inscription au registre du commerce (RCS)
  • Conditions Générales de Vente (CGV) et Politique de retour des objets commandés.

Ne pas trouver les mentions légales, c’est s’exposer à un risque très élevé d’arnaque.

faux site North Face

 

Un site sérieux inclurait son adresse dans cet espace « Contactez-nous », même avant de cliquer : il s’agit d’un premier indicateur de confusion quant à une opacité délibérée… bien que certaines plateformes de création de boutique en ligne soient capables d’en générer automatiquement !

Menez une enquête sur le site douteux

Le nom de domaine : premier indicateur

L’observation de l’adresse internet du site (Url) fournit généralement une première information : plus elle est compliquée, plus ça sent l’embrouille. Je ne suis pas clair ? Prenons un exemple :  vous venez de cliquer sur une publicité qui vous fait atterrir sur nikekp.com (site frauduleux) :

Au premier abord, il semble clean. Pourtant son nom doit vous apporter une attention particulière : pourquoi nikekp.com et pas nike.com ? Tout simplement car plus un nom de domaine est proche d’une marque, plus il est cher à obtenir et plus il est probable qu’il appartienne à la-dite marque 😉 . Autres cas intéressants : ceux ou le nom de domaine n’a rien à voir avec ce qui est vendu… Du genre : moulinsfrancais.fr qui vend des chaussures… c’est un exemple que j’avais déjà rencontré par le passé.  

Ce qui est marrant, c’est qu’il n’y a même pas besoin d’avoir de l’imagination pour trouver un nom de site : Une plateforme d’hébergement comme Shopify peut par contre fournir des noms de domaines libres et « crédibles » en fonction de mots-clés indiqués. Par exemple, les mots « Adidas » et « shop » peuvent générer des noms de domaines comme HD Adidas Shop Soldes, Village Adidas Shop, Element Adidas Shop, Sens Adidas Shop Soldes, etc, c’est sans limite ou presque…

Se méfier des sites hébergés par les plateformes

De nombreuses plateformes proposent gratuitement ce que l’on nomme des sous-domaines. C’est la partie avant le nom principal du site. Chaussurepascher.wix.com, adidas.myshopify.com sont des sous domaines par exemple. Et bien dans ce cas, c’est simple : accordez-y très peu de crédibilité. J’aurais même tendance à dire que vous devez passer votre chemin sur ces types d’adresses.

Intéressez-vous aux avis en ligne

Difficile d’imaginer qu’un « leader mondial de la vente en ligne » ne puisse avoir de références réglementaires (comme le bilan officiel de la société, l’annuaire, etc.) que sur son seul site.

Alors une bonne vieille méthode qui fait toujours ses preuves consiste à taper sur Google ou votre moteur de recherches préféré le nom de cette « boutique en ligne » et le terme « arnaque » ou sa traduction en anglais (« scam ») ou en espagnol (« estafa »). Vous trouverez peut-être des avis en liens avec vos interrogations ! Attention toutefois aux faux avis positifs

Une autre méthode consiste également à « scanner » vous-même les photos des articles présentées, par l’outil de Google Images ou par le site gratuit Tineye qui vont les recenser sur le net : si cette photo se retrouve publiée sur de très nombreux autres sites parfaitement inconnus, c’est que la fabrication du site sur lequel vous enquêtez est industrielle et/ou frauduleuse.

Et si vous n’êtes pas très à l’aise avec les techniques d’investigations, sachez qu’il existe des outils qui font le taf pour vous 🙂 : Analyseurs de fiabilité de sites internet

Comment réagir si vous êtes victime d’un faux site ?

Contactez votre banque pour faire opposition à votre carte, vos précieuses données étant entre les mains de cybercriminels. Votre banque vous imputera les frais liés à l’édition de la nouvelle carte.

Obtenir le remboursement de la commande frauduleuse n’est pas évident car vous avez acheté de votre plein gré. Un dépôt de plainte pour escroquerie en commissariat ou gendarmerie peut plaider en votre faveur.

Est-il possible de se retourner contre Shopify et plus généralement vers les plateformes de faux sites ?

Oui et Non... Réponse confuse, je vous l’accorde, du coup je donne plus d’explications.

Les plateformes qui permettent de créer des sites ou de communiquer sont ce que l’on nomme des hébergeurs de contenus. Ce sont des outils qui permettent d’insérer du contenu pour un usage qui ne concerne que la personne. Les hébergeurs n’ont pas de responsabilités sur les contenus publiés parce qu’ils ont le devoir d’intervenir lorsqu’un contenu illicite est porté à leur connaissance. C’est l’article 6 de la LCEN qui dit tout ça, je vous invite grandement à le lire, c’est très (très) enrichissant et pas trop long…

Donc pour conclure, un hébergeur n’est pas responsable tant qu’il n’est pas au courant du problème. Certains ne permettent pas de signaler facilement, dans ce cas ne perdez pas de temps et ne vous prenez pas à la tête à essayer de contacter l’hébergeur : signalez le site frauduleux via ce formulaire.

D’autres remarques, d’autres avis sur la question des sites frauduleux ? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

 

8 réponses

  1. jacanahi dit :

    Merci pour cet article, nous serons d’autant plus vigilants !!

  2. Elido dit :

    C’est bien d’éclairer les personnes qui pourraient de laisser avoir ! Encore faut-il qu’elles soient attentives et lisent ces explications !

  3. ASTIER Nelly dit :

    Merci pour ces précieuses informations.

  4. BOUKRAA dit :

    édition spinale par FRANK MOSTA, il m’a donne des poudres aux yeux donc il m’a escroqué 450 euros il disparait
    j’ai envoyé des courriels sans réponses
    je demande que la justice faire le travail contre ces escros

  5. misange dit :

    J’ai passé une commande à chicollocation de 5 articles voilà déjà bien plus d’un mois, à ce jour je n’ai reçu que 2 vêtements de piètre qualité. Je leur ai envoyé 2 mails auxquels personne n’a répondu et de plus ils ont encaissé la totalité de la commande. Que faire ?

  6. ATTENTION A CLIMY (climatiseurs portables).
    J’ai commandé le 05 Juillet, 2 climatiseurs portables à « CLIMY ». Le montant correspondant à ma commande (76,80€) a été débité de mon compte le 08 Juillet. Depuis, malgré 3 mails de relance, je n’ai toujours pas reçu les articles commandés et n’ai même pas eu de réponse.
    Après recherches sur Google, aucun n° de téléphone ou adresse, la seule chose qui apparaît quand vous tapez « CLIMY » c’est une page pour passer commande avec, en bas, l’adresse e-mail à laquelle j’ai envoyé mes relances.
    Ma banque m’indique qu’elle ne peut pas rejeter le règlement car j’ai volontairement utilisé ma carte bancaire. La seule solution est d’aller porter plainte, ce que je vais faire demain.

    • Catherine Pellerin dit :

      Bonjour
      Je pense sincèrement que ces « fameux » climatiseurs.. ne valent rien du tout, surtout en lisant l’article sur UFC que choisir, d’après eux, pour ressentir de la fraîcheur, il faut se tenir à moins de 70 cm, bruyant avec 70 décibels.. Et de plus certains ont des fuites d’eau. Bref, vous l’aurez compris : de la poudre aux yeux !! Bref, passons là-dessus.. Mais ce site Climy est hébergé par shopify.. Donc rien de bon.. car aucune adresse de retour..(voilà pourquoi a chaque fois que je commande sur des sites non connu, je recherche une adresse en France en cas de retour) A mon avis, vous recevrez vos « climatiseurs » mais ces derniers viennent certainement de Chine, donc compter plus ou moins 45 jours à partir du jour de votre commande.. Bon courage

  1. 3 juin 2019

    […] intermédiaires (plateformes d’e-commerce, places de marché, prestataires de paiement, prestataires web) qui toucheront quelque chose que […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *